Voici la liste des événements à venir, des stands …

+ En lien avec l’association Motris – Metz et environs,- Vie 2 déco – je proposerai une animation de recyclage textile dimanche 15 avril de 14h à 16h.
Venez si vous le voulez, avec des t-shirts en bon état ou pas, et nous leur donnerons une nouvelle vie.

+ Samedi 5 mai 2018, participation au défilé de mode du salon Made in Thionville, sous thème du zéro déchet,

Information et programme :

https://www.salon-madeinfrance.fr/thionville/

+ Dimanche 13 Mai 2018 de 9h à 17h : stand avec mes créations recyclées

Printemps aux Friches, Place Robert Schumann à Montigny les Metz

+ Festival de l’environnement : les 2-3 Juin 2018 à l’Esplanade de Metz, stand de création.

+ Zone de gratuité, Espace Clovis, 7 rue Clovis à Metz, apprenez à faire vos propres retouches de vêtements, je vous accompagnerai dans vos projets, le dimanche 17 Juin de 10h à 18h.

Publicités
Lien | Publié le par | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Saikna, Re-cycle la mode

Saikna c’est avant tout une idée de partager des créations autour du recyclage. Recycler pour ralentir nos consommations, trouver des solutions attrayantes à la fast fashion. Mon but : réinventer la mode dans un esprit écolo, créatif, par le détournement de matériaux, de « trésors » de nos armoires.

Je propose des créations textiles, des sacs et accessoires, issus du recyclage ou à partir de tissus éthiques. Je trouve beaucoup de plaisir à détourner certains matériaux, qui n’ont même rien à voir avec le monde du textile, pour leur donner une nouvelle vie. Je réutilise la matière pour lui donner une nouvelle valeur.

Le partage et la transmission des savoir faire sont des valeurs qui me tiennent à cœur. Je propose différents ateliers/ animations pour développer le potentiel créatif de chacun, par la valorisation des rebuts textiles et autres matériaux trouvés : initiation à la couture, DIY (Do It Yourself), bijoux fantaisie, zéro déchet.

Aussi, je mets à disposition, à travers ce blog, des idées en matière de zéro déchet, des tutoriels, pour vous permettre de faire des économies et ainsi adopter des gestes eco responsables.

Les ateliers :

♦ Apprenez les bases de la couture, pour créer vos propres vêtements, accessoires : lire et comprendre un patron, les techniques de base.

♦ Je mets en place des ateliers zéro déchet pour la vie quotidienne : création de sacs à vrac pour vos courses, des couvercles en tissu, des tote bag à personnaliser, lingettes démaquillantes en tissu.

♦ Apprenez à découdre un jean et le transformer en sac, réutiliser les tissus de vêtements existants, faire des ourlets…

 

J’interviens à la fois en milieu scolaire, au sein d’associations… pour des prestations ponctuelles ou régulières, lors d’événements ou au domicile des particuliers : enterrement de vie de jeune fille, au cours d’un diner entre amis…, pour des cours individuels ou collectifs.

J’invite toutes les personnes intéressées par des ateliers de me contacter pour établir un devis personnalisé.

Au plaisir de vous lire,

Fatima

 

 

Publié dans Evénements | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

JEMA 2018, Journées Européennes des Métiers d’Arts

Bonjour,

Dans le cadre des JEMA Journées Européennes des Métiers d’Arts, je participe à la tenue d’un stand le mercredi 4 avril de 9h à 19h.

Evénément organisé par Cap Entreprendre, la coopérative d’activités dans laquelle je fais partie. Venez découvrir des artistes et artisans locaux à travers de nombreuses démonstrations, ateliers et discussion autour de la question : « Comment entreprendre dans les métiers d’Art ? »

Les lycéens du BAC PRO Vêtement Mode du Lycée Blaise Pascal à Forbach présenteront également leurs créations.

tet de lart

A très vite,

Fatima S.

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Créer un sac avec un carré de tissu

Bonjour,

Je partage ce nouvel article avec vous pour vous montrer une technique simplissime de nouage.

Je vous ai expliqué plus en détails la technique qui s’y applique lors d’un précédent article :  le furoshiki.

Les étapes :

  • Prendre un carré de tissu, ou un foulard,
  • Nouer les 4 côtés individuellement,
  • Nouer ensuite 2 côtés ensemble.

 

 

A vous de jouer 🙂

Fatima S.

Publié dans DIY, Les lavables | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

La Saint Patrick : le 17 mars

A cette occasion, et puisque ce jour célèbre aussi mon anniversaire, j’ai décidé de créer une jupe longue aux couleurs emblématique de cette journée. Revenons d’abord sur ses origines.

Saint Patrick joue un rôle important dans la culture irlandaise car il est considéré comme l’évangélisateur de l’île. Il serait né vers 386 et mort vers 460, sous le nom de Maewyn Succat. Il est né dans l’aristocratie municipale britto-romaine. La (Grande) Bretagne est alors romaine et chrétienne : le père de Patrick était diacre et son grand-père, prêtre. À 16 ans, il est enlevé par des pirates irlandais, vendu comme esclave à un druide irlandais qu’il en fait un berger.

st-patrickC’est alors qu’a lieu sa conversion. Selon la légende, il parvient à s’échapper grâce à une vision. Revenu en (Grande) Bretagne, il repart cette fois en Gaule, pour y recevoir sa formation de clerc. Il est ordonné par saint Germain d’Auxerre, puis décide de retourner en Irlande pour évangéliser la population sous le nom de Patrick.
Qu’elle ait eu lieu en même temps ou après, la mission de Patrick a pour objectif la conversion des païens. Cette mission est un succès : à sa mort le 17 mars, l’Irlande est majoritairement chrétienne, et la vitalité de la spiritualité irlandaise fait de l’île un des cœurs de la Chrétienté pendant le Haut Moyen Âge.

Le saint patron de l’Irlande

L’action de Patrick lui vaut d’être rapidement canonisé par la piété populaire et être considéré comme l’évangélisateur et saint patron de l’Irlande. Dès le Xe siècle, la Saint-Patrick est une fête très populaire.
St_Patricks_Day_shamrockPlusieurs légendes entourent la prédication de saint Patrick. Dans une légende, Patrick utilise un trèfle, que l’on trouve aisément en Irlande, pour expliquer ce qu’est la Trinité. C’est pourquoi Patrick est souvent représenté tenant un trèfle dans la main droite. La plante, et plus largement la couleur verte, sont au même titre que saint Patrick, les symboles de l’Irlande. Il est de coutume de porter du vert et/ou un trèfle.

Les historiens vous le diront, la couleur de la Saint Patrick était le bleu et non le vert. Encore visible sur les anciens drapeaux Irlandais, le bleu a été effacé par le vert en 1798 pendant la rébellion irlandaise, quand le trèfle est devenu le symbole du pays.

C’est aux Etats-Unis à Boston qu’est célébré la première manifestation de la Saint Patrick.

Fixée au 17 mars, la Saint-Patrick se déroule ainsi en plein Carême. L’importance de la fête est telle que les interdictions concernant l’alimentation et la boisson sont levées, ce qui explique que la consommation d’alcool (pas toujours avec modération), soit un des éléments constitutifs de la Saint-Patrick. Celle-ci se charge alors d’une dimension non-religieuse, élément expliquant en partie le glissement progressif de la célébration aux réjouissances séculières autour de la mémoire d’une figure majeure de l’histoire irlandaise.

Les autres symboles

Le leprechaun et son chaudron d’or

leprechaunPersonnage tout droit sorti des légendes irlandaises, le leprechaun est une sorte de farfadet. Cette petite créature (mesurant 90 cm ) n’aurait pas très bon caractère et ne se laisserait pas approcher des humains. Les rares personnes qui en ont vu rapportent que ce lutin est trapu, vêtu de vert et porte un tablier de cordonnier (car c’est l’un de ses métiers). On raconte aussi que les leprechauns abusent souvent du dudeens (une liqueur de leur fabrication) et fument la pipe. Dans le folklore irlandais, ce personnage possède un chaudron plein à ras-bord de pièces d’or qu’il garde jalousement au pied d’un arc-en-ciel. C’est dire si ce trésor est difficile à trouver…

J’espère que vous aurez l’occasion de croiser ce personnage…

Pour ce qui est de la création, j’ai réalisé cette jupe longue à plis, qui était à la base une nappe. Je trouve qu’elle représente bien les couleurs de cette fête incluant des motifs symboliques : les arabesques, écritures.

Réalisation : j’ai inclus une série de plis plats devant, elle est maintenu par un élastique, elle peut se porter aux hanches ou à la taille. Elle comporte deux poches invisibles, et est fendue en bas pour permettre de marcher à grands pas en totale liberté.

Jupe St patrick

Je vous souhaite à tous une belle fête de la Saint Patrick.

Fatima

 

Source :

 » Rochette Renaud, Les origines de la Saint-Patrick », 2017, IESR – Institut Européen en Sciences des Religions , mis à jour le: 17/03/2017, URL : http://www.iesr.ephe.sorbonne.fr/ressources-pedagogiques/fiches-pedagogiques/origines-saint-patrick

https://www.histoire-pour-tous.fr/dossiers/3555-origine-et-histoire-de-la-saint-patrick.html

Publié dans Création de vêtements, DIY | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Les fibres végétales

Bonjour, j’ai rédigé cet article pour revenir aux origines des fibres végétales dans le domaine du textile, et de connaitre les plantes dont elles sont issues. Je vous souhaite une bonne lecture.

LE COTON

Cotonnier

Duvet qui entoure les graines des cotonniers (Gossypium, famille des Malvaceae). A maturité, la capsule de la graine éclate et libère un abondant duvet. Après récolte, le coton est égrène puis trié selon la longueur des fibres, qui varie en fonction et espèce et du degré de maturité.

Propriétés : 

  • Fin et doux,
  • Peu isolant,
  • Absorbant,
  • Froissable,
  • Hygiénique.

Qualités et labels : 

  • Coton bio non transgéniques cultivé selon les critères édictés par le label : limitation de l’usage des pesticides, rotation des cultures…,
  • Coton équitable : Max Havelaar garantit une rémunération décente aux petits cultivateurs,
  • Coton peigne : coton de longues fibres  avec fils réguliers, nets et fins,
  • Sea Island, Suvin, Pima, Giza, Supima sont des variétés à longues fibres fins.

Différents aspects : 

  • Coton peigné : fils fins, nets, réguliers, tissu solide,
  • Coton mercerisé : coton plus solide, brillant, aspect soyeux,
  • Coton gratté : gonflant, doux, duveteux : destiné aux articles demi saison,
  • Coton huilé : imprégné d’une cire à base d’huile, le wax qui le rend imperméable (ex : vestes outdoor).

LE LIN 

Le lin est une plante annuelle. La fibre provient de la tige de la plante. Il ne nécessite ni engrais, ni pesticide. Culture saine pour l’environnement.

Après récolte, on égrène la plante, puis on procède au rouissage pour éliminer l’écorce et libérer les fibres. Puis le lin est égrené, débarrassé des débris d’écorce et trié en fonction de la longueur des fibres que l’on nomme le teillage.

Propriétés :

  • Absorbant,
  • Très froissable,
  • Peu gonflant,
  • Très peu isolant,
  • Irrégulier,
  • Hygiénique : ne moisit pas,
  • Lustré : en raison de section facette qui réfléchit la lumière,
  • Solide à la traction.

Différents aspects :

Le lin peut être filé au sec et aussi mouillé. La filature au sec correspond à la filature cardée et se fait à partir de fibres courtes. L’aspect est grossier, rustique, le toucher est riche. La filature au mouillée est une filature peignée et se fait à partir de fibres longues. L’aspect est net et lustré. Le fil peut être très fin, le tissu est solide et de qualité supérieure.

LE JUTE 

Le jute est extrait de l’écorce du jute blanc : Corchorus capsulaire. Cette fibre naturelle d’aspect soyeux est surnommée « fibre d’or » en raison de ses reflets. C’est une culture pluviale peu gourmande en engrais et pesticides.

La fibre de jute est longue, douce et brillante. Sa longueur va de 1 à 4 mètres. Elle est essentiellement composée de cellulose végétale et de lignine, qui sont les principaux composants de la fibre végétale et de la fibre de bois.  Le rouissage biologique englobe plusieurs techniques consistant à lier les tiges en faisceaux avant de les faire tremper afin de séparer plus facilement les fibres de la tige. On gratte ensuite la matière non fibreuse, ce qui permet enfin d’arracher les fibres.

Principaux produits à base de jute : les fils et ficelles, les sacs et autres toiles et les dos de tapis. Elle est tissée pour fabriquer des rideaux, des revêtements de chaises, des tapis et des carpettes.

Propriétés :

  • Forte résistance à la traction,
  • Faible extensibilité et permet d’améliorer la « respirabilité »,
  • Totalement biodégradable et recyclable, la fibre de jute est respectueuse de l’environnement.

LE CHANVRE 

Cannabis sativa. La fibre de chanvre, qui provient de l’extérieure de la tige de la plante, est la fibre végétale naturelle la plus résistante de la nature. C’est pour cela qu’elle a été utilisée depuis des millénaires pour la conception de toutes sortes de tissus (vêtements, voiles de bateau, etc).

Propriétés :

  • Très résistante : La fibre ne s’allonge pas. Elle a un des taux d’élongation le plus faible des fibres végétales. Les tissus en chanvre ne se déforment pas, ne se détendent pas et ne rétrécissent pas. Un vêtement en chanvre garde la même forme toute se vie,
  • Très doux : plus les vêtements en chanvre sont lavés, plus ils s’adoucissent. Le chanvre apporte donc aux vêtements un grand confort et une sensation de douceur.
  • Absorbant : excellent isolant en construction car elle absorbe l’humidité et régule la température.Les fibres  absorbent l’humidité libérée par le corps et le laisse sec.On dit que les vêtements en chanvre respirent. Lorsqu’il fait chaud, le chanvre absorbe la chaleur et la libère lorsque la température baisse. Les tissus régulent la température et jouent le rôle de climatiseur naturel. Il vous rafraîchit lorsqu’il fait chaud, et vous protège du froid l’hiver.
  • Anti-bactérien et anti-fongique : pas besoin de pesticides, insecticides ou fongicides pour pousser, ce qui en fait une plante entièrement naturelle et écologique. Il permet de diminuer les odeurs et de rester frais.
  • Protection naturelle aux UV et anti-statique.

LE KENAF

Hibiscus canabinus : plante herbacée dont la tige peut atteindre 3 m de haut,  ses fleurs sont jaune pâles ou rouges avec un cœur rouge foncé. La floraison a lieu de l’été à l’automne. Sa croissance est rapide, la plante pouvant atteindre plus de trois mètres en quatre mois. La récolte a lieu en novembre-décembre quand la tige a perdu ses feuilles.

Cette plante est utilisée pour faire de la pâte à papier et des biomatériaux comme des cordes ou des matériaux d’emballage. Dans certains pays, on l’utilise aussi pour faire de la vannerie.

Usage de la plante : 

Le kénaf était cultivé en Egypte un millénaire avant notre ère pour la fabrication de cordages et d’étoffes (sacs, voiles).

Le kénaf est utilisé en Inde pour la fabrication de papier à cigarettes. La croissance rapide de la plante pousse les papetiers à l’utiliser en remplacement du bois dans la production de pâte à papier. On utilise alors les fibres libériennes ou la tige entière.
Le kenaf est une fibre papetière moderne au Japon.
La plante est cultivée dans toute l’Asie surtout pour ses fibres et pour son huile qui est utilisée industriellement. Les fibres sont utilisées dans la fabrication d’étoffes grossières comme par exemple les tapis et pour la confection de cordes.

En Asie et plus particulièrement en Chine, Corée et Japon, les papiers sont destinés à une grande variété d’usage : papiers pour la calligraphie et les arts, Papiers pour les cérémonies, Papiers comme moyen d’échange, Papier monnaie Papiers pour la confection des vêtements, de tentures murales et la literie, Papiers pour l’architecture, la décoration intérieure, Papiers pour les objets d’artisanat de diverses natures, destinés à des usages domestiques ou de loisirs. Les noms attribués aux papiers se réfèrent à diverses notions: Le matériau utilisé, Le lieu de production, La méthode de production, L’apparence, Les dimensions, L’utilisation, Le nom d’un artiste ou d’un atelier etc.

Propriétés : 

  • naturellement incombustible et imputrescible,
  • sa teneur nulle en protéines le rend inintéressant pour les insectes, 
  • isolant thermique et acoustique.

LE RAMIE

Boehmeria nivea :  plante textile de la famille des orties utilisée pour la production artisanale. Originaire d’Extrême-Orient et 6 000 ans d’utilisation en font l’une des plus anciennes plantes textiles et papiers utilisées.

Les fibres extraites des tiges de la ramie sont constituées d’une cellulose de très bonne qualité et permettent la fabrication de papier et de tissu très résistants.
Ainsi, un fil de ramie de la grosseur d’un fil à coudre ne peut pas être cassé à la main.

Propriétés :

  • Fibre longue (50 à 250 mm),
  • Très solide,
  • Imputrescible,
  • Brillante.

Autres fibres végétales :

LE PINA 

th-2 Le piña est extrait des feuilles d’une variété native d’ananas : Ananas comosus. Sa fibre, blanche ou crème, de la finesse d’une toile d’araignée et d’une grande résistance, est dépouillée à la main sur une largeur de 80 à 100 cm. Blanchie par le soleil, elle est nouée, puis filée.

Propriétés :

  • fine, blanche, soyeuse, rigide.

L’ABACA

L’abaca, également nommé chanvre de Manille, est une fibre extraite de la gaine des feuilles autour du tronc de l’abaca (Musa textilis), une espèce proche du bananier originaire des Philippines et largement répandue dans les régions tropicales humides.

Usages : 

Au cours du XIXe siècle, la fibre d’abaca était souvent utilisée dans le gréement des navires, et transformée en pâte pour fabriquer de solides enveloppes de papier. Aujourd’hui, on la retrouve  dans des cordes et ficelles, dans des lignes et filets de pêches, et dans les toiles grossières de certains sacs. Si les vêtements, rideaux, écrans et meubles en abaca sont aujourd’hui des marchés de niche florissants, la fibre est essentiellement utilisée pour fabriquer du papier.

Papier
Transformée en pâte pour la fabrication de papiers spéciaux : sachets de thé et de café, boyaux pour saucisses, billets de banque  (les billets de yen japonais contiennent jusqu’à 30 % d’abaca), papiers à cigarette, papiers d’emballage alimentaires et médicaux, papier pour produits jetables, papiers à lettre de qualité supérieure, sacs d’aspirateurs, etc.

Dans l’industrie automobile, principalement utilisé pour le rembourrage des garnitures intérieures et des sièges.

Propriétés :

  • Très résistante,
  • Soyeux,
  • Lustrée.

LE KAPOK 

Fibre végétale issue des fruits de divers arbres tropicaux. Elle est constituée par les poils fins et soyeux recouvrant les graines, issus du kapokier ou Ceiba pentandra.

Le fruit du kapokier se présente sous la forme d’une capsule qui s’ouvre lorsque le fruit arrive à maturité. La capsule laisse alors apparaître un duvet soyeux qui entoure les graines.

Voici les principales étapes de fabrication du kapok :
• ouverture des capsules de kapokier
• égrenage (opération qui consiste à séparer les fibres des graines)
• compression des fibres en balles pour le transport.

A noter : à la différence d’autres fibres textiles comme la laine le kapok ne se carde pas et ne peut pas être filé.

Usage : 

Employée comme matériau de remplissage pour rembourrer les matelas, les oreillers et les coussins.
On l’utilise notamment pour fabriquer les zafu, les coussins de méditation zen japonaise.

Propriétés : 

  • Très léger,
  • Imperméabilité et imputrescible,
  • Très doux,
  • Très inflammable,
  • Duveteux.

LE RAPHIA 

Raphia farinera – Originaire de Madagascar, il se trouve aussi le long de la côte orientale de l’Afrique, dans les milieux marécageux et boisés et le long des rivages des fleuves. Toutes les parties sont exploitables (feuilles, fruits, sève, fibres, bambous).

Utilisations

Dans les lieux d’origine, les feuilles sont utilisées pour la production du raphia, une fibre largement employée surtout en floriculture et en horticulture, en qualité de liens trés résistants, mais également pour des travaux variés de tressage (nattes, paniers, chapeaux, etc.).

LE COCO

Les fibres de coco proviennent de la couche fibreuse qui entoure la noix de coco, issu du cocotier (Cocos nucifera). Elles sont filées et tissées après avoir été assouplies dans l’eau. Le filage grossier et irrégulier donne au coco un aspect rustique.

Procédé :

Les « bourres », après avoir été détachées de la noix, sont groupées dans des filets et mises à tremper jusqu’à 7 à 10 mois dans des fosses ou lagunes. (rouissage) Après avoir été retirées des fosses, les fibres sont battues puis séchées au soleil qui leur donne une belle couleur claire. Elles sont alors bonnes à filer pour donner le « filé de coco ». Le filage se fait encore à la main, sur des rouets rudimentaires. Le premier fil est ensuite câblé en deux brins, mis en écheveau puis en bobines ou en balles prêtes à être utilisées.

Propriétés :

  • Très résistant,
  • il est isolant,
  • imputrescible et antibactérien.

 LE SISAL

Fibre issue d’un cactus subtropicalindigène du Mexique, l’agave sisalana. Le sisal est une plante vivace constituée par une rosette de grandes feuilles à section triangulaire allant jusqu’à 2 m de long. Il s’agit d’une plante tropicale, principalement cultivé en Amérique du sud et en Afrique. La longueur moyenne de ces fibres est de 3 mm.

Utilisation :

Le sisal produit des cordes, des tissus, des revêtements de sol et des accessoires de mode ou de décoration.

S’utilise dans les gants de gommage de la peau.

Propriétés :

  • très résistant et durable,
  • 100% naturel, écologique et renouvelable,
  • très esthétique, avec un aspect souple, lumineux et satiné,
  • doux au pied,
  • bon isolant thermique et phonique, surtout lorsqu’il est doublé d’un dos en latex naturel,
  • bon régulateur hygrométrique,
  • antistatique et antibactérien,
  • vulnérable à l’eau et aux tâches.

Autres fibres végétales :

  • Ortie : poreuse, rustique, naturellement teintée.
  • Tourbe : poreuse, chaude, rude au toucher.

Aussi, je tiens à partager ce site http://tvcast.naver.com/mbn.realmake, qui nous montre  des vidéos expliquant le procédé de fabrication des fibres végétales. Vous verrez, c’est très intéressant. 

 

Auteur : Fatima S.

Source des informations :

Guide des textiles, Esmod Editions, Florence Ferrari

http://gaetanmabille.free.fr/ecoconception/glossaire%20composites%20biodegradables%20_CARMA.pdf

http://khartasia-crcc.mnhn.fr/fr/content_fr/hibiscus-cannabinus-l

 

 

 

Publié dans Formation | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Dentifrice maison

Bonjour, ce nouvel article pour vous proposer quelques recettes de dentifrice maison et un bain de bouche.

Recette 1 : pour obtenir les dents blanches et avoir une bonne haleine

Ingrédients : Charbon végétal, huile de coco, 3 gouttes d’huile essentielle de citron.

 

1 volume d’huile de coco fondue et 1 volume de charbon actif, ajoute des 3 gouttes d’huile essentielle, On mélange avec une spatule. Prendre un pot stérilisé puis verser la préparation.

Le charbon végétal actif est purifiant, absorbant (il absorbe les polluants, les toxines et les résidus). Il blanchit les dents, élimine les taches et les impuretés. Lors de l’achat, faites attention car il est très volatil.

L’huile de coco* a un grand nombre d’avantages en dentifrice : elle casse les plaques dentaires et facilite leur élimination, elle réduit la mauvaise haleine, blanchit les dents et prévient les maladies bucco-dentaires.
La sensation en bouche est un peu étrange au départ, mais on s’y habitue rapidement.

*Je vous conseille l’achat d’une huile de coco bio et vegan pour des questions d’éthique. J’ai découvert les mauvais traitements infligés aux singes cueilleurs. http://veggieromandie.ch/ce-qui-peut-se-cacher-derriere-la-noix-de-coco-les-singes-cueilleurs-des-plantations/

Propriétés de l’huile essentielle de citron :

Antiseptique, antiviral, antinfectieux, bactéricide, tonique, dépuratif, amincissant, fluidifiant sanguin, alcalinisante, reminéralisante.

Attention aux huiles essentielles : toujours pratiquer un test d’allergie avant  toute utilisation !

Recette 2  : pour un dentifrice douceur et une haleine fraîche

Ingrédients : BLANC DE MEUDON + POUDRE DE PLANTE + SAVON DE MARSEILLE + SEL NON RAFFINE + HUILE ESSENTIELLE + HYDROLAT/GEL D ALOE VERA/EAU

— Le blanc de Meudon (aussi appelé blanc de Toulouse, blanc de Troyes, blanc de Champagne, marne blanche, blanc de craie) est un blanc à base de craie, tiré des carrières de la ville de Meudon, près de Paris, en France. Il est principalement composé de carbonate de calcium (90 %) et d’argile.

Note : On peut fabriquer soi-même son blanc de Meudon, en réduisant en poudre fine des coquilles d’oeufs séchées, à l’aide d’un moulin à café.

 

— Les poudres de plante

Il est possible de les faire soi-même en réduisant les plantes en fine poudre à l’aide d’un vieux moulin à café (les moulins récents ont moins de puissance que les anciens), ou en achat dans les pharmacies herboristes ou sur Internet.

Gencives sensibles et/ou douloureuses, enflammées : poudre de réglisse, poudre de
guimauve, camomille, racine d’iris,

Reminéralisantes (fortifier les dents) : Poudre d’ortie, poudre de prêle, coquilles d’huitres réduites en poudre fine,

Assainissantes et anti-bactériennes : poudre de gingembre, de thym, de romarin, de sauge, de cannelle, de clou de girofle, de menthe.

— Les huiles essentielles

2-3 gouttes de menthe douce ou verte pour la bonne haleine (éviter la menthe poivrée, trop forte) ou 2-3 gouttes de camomille romaine pour son côté anti-inflammatoire ou Clou de girofle ou laurier noble en cas de gros pépin dentaire, de forte douleur.

Le truc en plus : Une fois par jour, et 5 jours sur 7, vous pouvez ajouter une goutte d’huile essentielle de Tea Tree (arbre à thé) bio sur votre brosse à dents avant de vous les brosser (sur ou sous le dentifrice).
Attention aux huiles essentielles : toujours pratiquer un test d’allergie avant  toute utilisation !

A ajouter pour une version gel :

— Eau de source (se garde moins longtemps, ajouter quelques gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse comme conservateur, qui aura également un effet positif sur votre santé buccale),
— un hydrolat * ou eau florale (de menthe, de thym, de sauge, de tea tree. de myrrhe ou de camomille romaine) pour intensifier le côté réparateur et/ou apaisant et mieux conserver le dentifrice.

* Un hydrolat (ou eau de distillation) est un extrait de plante, aromatique ou non, obtenu par entraînement à la vapeur. Font partie des hydrolats, les eaux florales, obtenues à partir des fleurs.

— Gel d’aloe vera, qui donnera une texture plus gélifiée et plus douce, idéale pour les problèmes de gencives car l’aloe vera a des propriétés cicatrisantes.

Recette :

dentifrice maisonPour un petit pot en verre (de 30 ml environ) :
– 3 cuillères à café de blanc de Meudon,
– 1 cuillère à café de poudre de plante (au choix),
– 1 pincée de sel non raffiné,
– 1 peu de savon de Marseille râpé,
– 2 à 3 gouttes d’huile essentielle de menthe douce ou verte,
– hydrolat.

Mélanger tous les ingrédients secs puis ajouter l’huile essentielle et l’hydrolat petit à petit tout en remuant, jusqu’à la consistance désirée.

Ce dentifrice se conserve très bien jusqu’à la fin d’utilisation du pot, si vous l’utilisez tous les jours. Vous pouvez toutefois ajouter quelques gouttes de conservateur (de l’extrait de pépins de pamplemousse) pour plus de sûreté, mais cela n’est pas forcément nécessaire.

*** Le bain de bouche à l’huile ***

bain de bouche à l'huile

Une pratique ancestrale inspirée de l’ayurvéda qui non seulement assainit radicalement la sphère buccale, mais qui agit aussi par voie réflexe sur l’ensemble de l’organisme.

Le meilleur moment pour ce bain de bouche est le matin au réveil, car durant la nuit des bactéries, des toxines et des agents pathogènes se sont accumulés dans la bouche. Pour le bain de bouche, les huiles de coco et de sésame donnent les meilleurs résultats.

  • Gargarisez-vous la bouche tout d’abord pendant 30 secondes avec de l’eau chaude.
  • Prenez ensuite une cuillère à soupe d’huile, et gargarisez-vous pendant 15 minutes, ou moins si vous n’arrivez pas tenir. Évitez  d’avaler l’huile, car vous comprenez qu’elle commence à se charger de toxines.
  • Recracher l’huile. L’huile prend alors une apparence blanche et laiteuse. Si le liquide craché est jaune, c’est que le processus de rinçage était trop court.
  • Se rincer la bouche avec de l’eau chaude et se brosser les dents comme d’habitude.
  • Pensez également à bien nettoyer votre lavabo.

Je pratique régulièrement ce bain de bouche car je sens réellement son action bénéfique. Elle est aussi idéale lorsque j’ai des aphtes, ou les gencives irritées.

A vous de jouer.

 

Auteur : Fatima S.

Source :

http://www.terrevivante.org/127-dentifrices-au-naturel.htm

http://raffa.grandmenage.info/post/2006/10/17/Soins_bucco-dentaires_-_dentifrice

https://www.consoglobe.com/astuces-blanchir-dents-naturellement-4350-cg

https://www.alternativesante.fr/detox/bain-de-bouche-a-l-huile-vegetale-le-geste-sante

 

Publié dans DIY | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

IRTS Metz : Initiation à la couture

C’est à l’IRTS (Institut Régional des travailleurs Sociaux) du Ban St Martin que j’ai donné des cours d’initiation à la couture à des étudiants en TISF, en lien avec Dominique F. costumière.

Les Techniciens de l’intervention sociale et familiale (TISF) sont des travailleurs sociaux dont l’intervention auprès de publics fragilisés s’appuie sur une technicité des activités d’aide à la vie quotidienne et à l’éducation des enfants, support d’une relation à l’usager visant à rétablir son autonomie et prévenir des interventions lourdes, voire des placements en institution.

Nous avons transformé la salle de cours en salle de couture, alignant les machines à coudre, et par l’installation de tables de coupe.

Les objectifs :

  • Initiation à la couture à la machine à coudre, initiation à la couture main,
  • accompagnement des différents projets personnels : création de patrons,
  • création d’un projet de groupe,
  • exposition des créations.

Et la plupart des tissus utilisés étaient issus du recyclage. Une belle manière de redonner une valeur à des textiles, des tissus inutilisés.

Voici les créations le jour de l’exposition :

Une belle performance pour chacun, sachant que quelques uns n’avaient jamais touché une machine.

Le projet proposé aux étudiants était de réaliser un patchwork en faveur de l’association Action Froid à Metz. Cette banderole de 2,20 m sur 1,50 m a nécessité 195 carrés de tissus de 15 X 15 cm. Nous avons recyclé du jean, des chemises, un drap, le tissu d’un parapluie, des pantalons… Ce projet collectif leur a permis de travailler ensemble, dans un délai déterminé. Le résultat est à la hauteur du travail fourni, et de l’implication de tous.

 

 

 

J’ai passé un agréable moment à l’IRTS et j’ai pris énormément de plaisir à transmettre et partager mes connaissances au sein d’une ambiance conviviale. A renouveler sans hésiter.

 

Auteur : Fatima S.

 

 

Publié dans Ateliers, DIY | Laisser un commentaire

Robes de mamie

J’ai récupéré un certain nombre de robes de mamie, vous savez celles qui sont toutes larges avec des motifs sympas, colorés et de bonnes qualités. Ce sont des robes dont je ne saurais donner l’année, mais je dirais au moins qu’elles ont plus de 20 années d’âge. Aussi, j’ai décidé de les réactualiser, afin de leur donner une nouvelle vie. Je mettrais les photos au fur et à mesure des transformations.`

Réalisée en janvier 2018

short mamie tartan.jpg

Réalisée en octobre 2017Haut pied de poule robe de mamie

Je suis passée d’une taille 44 à une taille 38 soit la mienne. Avec mon mannequin ajustable, je l’ai réglé avec mes mensurations et je l’ai réalisé en moulage. Technique qui m’a été enseignée par ma tutrice de stage du mois de février : Malika.

Robes de mamie

Au plaisir de vous lire,

Fatima S.

Publié dans Création de vêtements, DIY, Refashion | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

1970 – 1979 : La grande récupération

1970 : Psychédélique : néologisme créé par l’américain Timothy Leary pour signifier ce qui exalte l’esprit. Une mode exubérante, libre en a découlée et s’est imposée chez les jeunes, incluant des couleurs vives, acides, fluorescentes, aux formes arrondies, enchevêtrées, arabesques, avec des signes ésotériques, psychédélique. C’est le petit frère du mouvement hippie, il engendrera la musique planante des Pink Floyd, Soft Machine ou l’album Sergent Peppers des Beatles.

Le créateur japonais Issey Miyake présente sa première collection à Tokyo, et à New York, c’est un événement.

Issey-MiyakeNé en 1938 à Hiroshima, et ayant grandi au Japon  est l’un des premiers stylistes japonais à organiser un défilé en Europe en 1973. Dans un contexte « d’optimisme ambiant » et de construction de la mode loin la guerre des clans (New York vs Paris), Yssey Miyake tisse sa toile cosmopolite. En 1971, la première collection Issey Miyake est présentée à New York devant Diane Vreeland, alors rédactrice en chef de Vogue, avant d ‘être présentée à Paris en avril 1973. Attaché à l’ouverture d’esprit en matière de conception et création, mais aussi à la liberté du mouvement au sein du vêtement.  Dès sa première collection faite en collaboration avec Makiko Minagawa, originaire de Kyoto, il introduit des jeans en sashiko (un tissu ouaté et piqué à motifs géométriques à couleurs primaires) qui trouve son inspirations dans des étoffes anciennes, reflet du Japon rural et de dernières innovations textiles avec des matières synthétiques. Son concept du Piece of cloth provoque également un grand retentissement dans l’univers de la mode.

 Ces années 1960 marquent la naissance d’un couturier à la fois logique et novateur qui va s’inspirer également du style hippie en 1969 avant de retourner au Japon pour créer sa première collection. Un créateur qui va progressivement de venir l’inventeur quasiment révolutionnaire qui pense fermement que l’on peut créer un vêtement à partir de n’importe quel matériau de base et, dont les modèles par leur originalité éblouissent le public.

1970 : La robe est détrônée par le mini short, baptisé le hot ponts (chaude culotte). Il se porte coupé en haut des cuisses. Il existe en velours, en cuir, suède, maille, satin et il est porté par les moins de 25 ans.

1971 : L’anti mode : le mouvement hippie. Ils sont jeunes et révoltés, en ont marre de la mode, ils vont créer une nouvelle mode jusqu’à la fin des années 70. Jeans, cheveux longs dénoués, fleuris, barbes, pieds nus, tuniques en coton, robe longue ample … Les flowers people apparus fin des années 60 aux Etats Unis, rejettent la société de consommation, ses tabous, son hypocrisie. Ils se veulent libres et innocents. D’abord marginaux, ils vont donné naissance à un mouvement de désacralisation du vêtement. On commence à se détacher de ses vêtements à durée limitée. Par solidarité avec les pays sous développés, on porte des tenues paysannes, des vêtements folkloriques.

De nouveaux couturiers récupèrent cette tendance, ils créent des vêtements ethniques ou tsiganes. Le coton indien est un tissu très apprécié. Le mouvement hippie disparaitra fin des années 70 pour réapparaitre à la fin des années 80 avec le new Age.

Naissance du terme créateur.

Didier Grumbach et Andrée Putman fondent une société dont l’objectif est de  rapprocher les stylistes  et les industriels. L’association va donner les moyens aux stylistes de fabriquer des vêtements sans passer par des ateliers de couture, en les faisant exécuter par des industriels. Les créations sont vendues sous leur nom propre.

1972 : Sonia Rykiel créé la femme libérée et sophistiquée. Elle veut concilier émancipation et élégance. Elle s’inspire du style des années 30 : mise en valeur de la tête, visage, épaules, bras. Ses vêtements en maille souple, près du corps permettent aux femmes d’être sophistiquées.

Sonia Rykiel, née Sonia Flis le 25 mai 1930 à Paris et morte le 25 août 2016 sans sa ville natale, est une grande couturière, écrivaine, designer, actrice et gastronome française. Fondatrice de la Maison de couture Sonia Rykiel, surnommée « la Reine du Tricot » (« Queen of Knits »), inventrice de la « démode », elle a fait l’apologie du noir et des rayures, inventé les coutures à l’envers, l’absence d’ourlets et de doublures, les premiers joggings sophistiqués en velours, les messages inscrits et surtout la maille qui épouse le corps des femmes.

La mode maxi s’installe avec les longs manteaux. Le film  » Il était une fois dans l’ouest » tourné en 1969, a mit en avant ce style des manteaux longs de cow boys.  Un an après, l’industrie du prêt à porter lance les collections.

il était une fois dans l'ouest

1973 : Kenzo : un japonais à Paris, coloriste et génie du mélange d’imprimés.

KENZO TAKADAKenzo Takada est un styliste japonais, créateur de la marque Kenzo. Très jeune, il s’intéresse déjà à la mode, mais décide de poursuivre ses études pour apprendre les langues étrangères, à l’université de Kobe. Mais le futur grand couturier se désintéresse très vite des cours, et s’inscrit au Tokyo’s Bunka Fashion College, une école de mode réputée au pays du soleil levant. Véritable passionné, Kenzo quitte son pays en 1964 pour s’installer dans la capitale mondiale de la mode : Paris. Sur place, il se lance en tant que styliste free-lance, et tente de faire connaître ses créations colorées et imprimées, élégantes et distinguées.

Sa concrétisation a lieu en 1970 avec le premier défilé de la marque et la création dans la foulée de la boutique « Jungle Jap ». Après les collections de prêt-à-porter, le styliste relève un nouveau défi en imaginant des parfums. Le succès est immédiat, et les senteurs se multiplient au fil des années. En 1993, le fondateur décide de revendre sa marque Kenzo au puissant groupe de luxe LVMH. Il prend sa retraite en 1999.

Création de la chambre syndicale des couturiers et créateurs de mode à l’initiative de Pierre Bergé, PDG de la société Yves Saint Laurent et Jacques Mouclier, délégué général du nouvel organisme. Depuis, tous les ans, des défilés sont organisés pour présenter les collections de ses membres (créateurs et couturiers).

1974 : Dorothé bis : une boutique, une marque et deux stylistes. Jacqueline et Elie Jacobson commencent dans la fourrure. Une fourrure teinte en couleurs vives, amusante et pas cher.

1975 : Agnès B. et le cardigan à pressions.

Née à Versailles en 1941 au sein d’une famille nombreuse, Agnès Troublé s’est forgée une place de choix dans le secteur de la mode sous le nom d’Agnès b. Sa carrière prolifique débute dans les années 60 : après des cours à l’École des Beaux Arts de Versailles, Agnès Troublé fait ses premières armes en tant que rédactrice de mode pour le magazine Elle. Souhaitant se lancer dans la création vestimentaire, elle devient designer et attachée de presse pour la marque Dorothée Bis. En parallèle, la jeune créatrice travaille en freelance pour Pierre Alby, V de V et Eversbin. En 1973, elle lance sa marque Agnès b. et inaugure peu de temps après sa première boutique parisienne, où les clientes viennent se procurer son célèbre cardigan à boutons pressions. Au fil des années, la marque se développe sur le front du prêt-à-porter puis se diversifie peu à peu dans le secteur des cosmétiques et de la parfumerie.

1976 : arrivée du Punk, l’anti mode hippie

Epingles à nourrice plantées dans la joue, lames de rasoirs suspendues aux oreilles, cheveux hirsutes, vêtements troués, maquillage… voici une nouvelle mode qui voit le jour. Contre toute attente, ces marginaux britanniques lancent une nouvelle mode à travers le monde. Ils se veulent durs, cyniques. Leur leitmotiv :  » No future « .

Le style punk est récupéré par des stylistes : Vivienne Westwood, Sandra Rhodes, Jean Paul Gaultier.

fashion-punk1

1976 : Come back des dentelles. Les dentelles et les robes floues envahissent les magasins. L’érotisme et le style vamp s’imposent. Le maquillage est très appuyé, les lèvres brillantes, cheveux retombants sur une seule épaule. Style provocant et dénudé, avec des robes fendues en haut des cuisses.

1977 : le 3 en 1. La styliste Fabienne K. crée des vêtements pour être bien partout. Elle invente le vêtement à géométrie variable, avec une tenue on pouvait en réaliser 3. Elle lance le molleton, l’interlock : maille douce et ultrasouple.

jean_charles_de_castelbajac1978  : Jean Charles de Castelbajac est un créateur avec un univers à part, ludique, il s’inspire de l’enfance ou du Moyen Age. Il passe son enfance à Casablanca, étudie dans un collège de province puis dans une école de gestion pour poursuivre dans le stylisme. Sa mère dirige une entreprise textile à Limoges. En 1968, il lance la marque KO qui devient Ko and Co. La presse internationale remarque ses vêtements minimalistes, futuristes, ses matières brutes et détournées (serpillères, bandes velpeau, torchons, toiles cirées, toile de jute). Ouverture de sa m-première boutique en 1975, il crée des ponchos 2 places, des blousons teddy bear avec des nounous, des gilets en faux gazon vert et dru, des robes tableaux peintes par des artistes contemporains ou des manteaux graffitis.

 

1979 : Popy Moreni,  une créatrice qui avance à contre courant. Elle crée des vêtements qui n’ont pas d’âge.  Née à Turin en 1947, son père est peintre, sa mère sculpteur et créatrice de bijoux. Elle s’installe à Paris à l’âge de 17 ans. En 1967, elle passe chez Promostyl : bureau de styliste. Elle ouvre sa première boutique en 1976. Son premier défilé : des modèles sortis du commedia Dell’arte ou d’un bal de Venise : collerette de Pierrot sur une djellaba, des découpes à la Arlequin, costumes en velours ou satin.

Auteur : Fatima S.

 

Sources :

http://www.elle.fr/Personnalites/Agnes-B

100 ans de mode aux Editions Atlas

Publié dans Formation, Histoire de la mode | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire