1920 – 1929 : les prémisses de la mode

Au sortir de la 1ère guerre mondiale, les femmes vont s’émanciper. La plupart sont veuves et doivent subvenir elles mêmes à leurs besoins. Elles ont soif de liberté et veulent des vêtements confortables. Les sports et les loisirs se démocratisent. Le mot d’ordre est la modernité. Les spécialistes considèrent que la mode a commencé à cette époque. Elle s’inspire, d’ailleurs du mouvement Art Déco avec ses formes géométriques épurées.

1920 : La victoire du pantalon. Toutes les femmes peuvent porter un pantalon uniquement d’intérieur. Les pantalons de pyjama commencent à détrôner la chemise de nuit et sera surtout utilisé en voyage.

Naissance du t-shirt qui va se répandre grâce au sport.

1921 : Jeanne LANVIN s’intéresse aux vêtements pour enfants.

Jeanne LANVINInstallée comme modiste, à l’angle du 22, rue du faubourg St Honoré en 1889, elle entend bien créer sa propre maison de Couture. Ce sera chose faite en 1909. La naissance de sa fille Marguerite en 1897, loin de réfréner son goût d’entreprendre va démultiplier son désir de création. Elle fait figure d’exception en conciliant sa maternité et sa carrière.

Loin des cercles mondains, loin des stratégies de séduction, plus encline à la discrétion et au retrait, elle ne répond qu’à sa propre volonté et à son émotion. Écoute le murmure de son époque, comprend ses besoins, les traduit avec génie. Elle impose ainsi son idée de la mode quand la mode n’est pas encore une idée, déployant différents départements de création, diversifiant ses activités.

Jeanne Lanvin apprécie énormément les couleurs ; sa couleur fétiche le bleu Lanvin ou encore le rose Polignac en hommage à sa fille ou bien le vert Vélasquez sont des classiques de la maison. Pour conserver l’exclusivité de ses couleurs, elle fonde ses propres ateliers de teinture à Nanterre en 1923. Malgré cet amour pour les couleurs, Jeanne Lanvin affectionne particulièrement le noir qu’elle considère comme représentant le « chic ultime » et qu’elle devait porter toute sa vie.

Les années 1920 voient un développement considérable de la maison Lanvin, ouvrant notamment le département Lanvin Décoration. En 1924, elle élargit son domaine d’activité aux parfums afin de financer la haute couture

1921 : création de l’officiel de la couture  (1921 – 1977) : journal pour couturières.

Madelaine Vionnet

Drapé antique

1923 : La styliste Madeleine VIONNET s’inspire du drapé antique, elle est nommé l’architecte de la couture.

Le styliste Norman Hartnell fonde sa maison de couture et deviendra plus tard, le couturier  de la cour d’Angleterre.

Depuis 1923, les hommes ont adoptés le chapeau cloche, inspiré du casque des poilus.

1924 /1925 : La mode devient pratique. Les jupes remontent au genou. Les robes du soir sont des tuniques légères, décolletés. La taille est plus basse avec une ceinture lache dont la boucle et le noeud se placent pratiquement sur le sexe. Les cheveux sont courts, le maquillage très prononcé avec des lèvres rouges vives.

Mode année 20

1925 : Les chanteuses et danseuses Charleston américaines : les Dollysisters lancent la mode des paupières fardées, pommettes rouges et rondes, lèvres arquées et des franges sous les yeux.

Quant aux hommes, les pantalons très larges s’imposent essentiellement pour le sport.

1926 : Apparition du caleçon et slip pour homme.

René LACOSTELe champion de tennis René LACOSTE rompt avec la mode des chemises longues et vient sur le court avec un polo de coton brossé d’un crocodile. En 1926, il abandonnera la compétition pour fonder en 1933 un société de production de chemises.

Origine de la marque : Un journaliste l’a baptisé « the alligator », en référence à un pari avec pour enjeu une valise en crocodile.

En 1928, la firme du Pont de Nemours découvre le nylon : pâte faite d’air, d’eau et de charbon.

Aux Etats-Unis, la firme Schott créée les premiers blousons de motards pour Harley Davidson. En 1960, elle rachètera Perfecto qui donnera son nom au blouson en cuir.

1928 : La styliste Elsa SCHIAPARELLI fait ses débuts. Son enseigne  » Pour le sport  » propose une ligne sportswear. Elle lancera le style vamp ultrasophistiqué.

Elsa SCHIAPARELIAvant-gardisme, symbolisme et extravagance définissent l’univers d’Elsa Schiaparelli. La styliste d’origine italo-égyptienne, installée à Paris en 1922, s’inspire très largement du mouvement surréaliste. Elle révolutionne les convenances et les pratiques du monde de la couture et de la mode dans la première moitié du XXe siècle, notamment en inaugurant les premiers défilés à thème ou en signant les premiers contrats de licence. C’est en 1928 qu’Elsa Schiaparelli ouvre à Paris sa première boutique, avec la bénédiction du couturier Paul Poiret. Elle y propose des vêtements pour “la femme active”, comprenant maillots de bain, jupes-culottes, robes ou pull-overs près du corps. Le signe distinctif des créations d’Elsa Schiaparelli se niche dans le détail : coloris vifs et contrastés, détails en trompe-l’oeil tel un noeud démesuré, un tatouage de marin, un col cravaté… Elle invite des artistes avant-gardistes à collaborer à ses créations.

Elsa SCHIAPARELLI

Homard – Dali

Le fruit de leur travail donne naissance à des pièces qui défraient la chronique : avec Salvador Dali, elle imagine des robes ornées de homards ou imprimées d’un squelette capitonné, un chapeau-encrier ou en forme de chaussure à talon aiguille, vêtements et boutons à l’effigie de la bouche de la scandaleuse Mae West… Jean Cocteau et la maison Lesage signent des broderies, Leonor Fini le flacon du parfum Shocking, le décorateur Jean-Michel Frank d’extravagants bijoux en forme de sirènes, de têtes de gorgones, Elsa Triolet un “collier-aspirine”… Le succès est international, l’expansion rapide : quatre années après son ouverture, le nombre d’employés de la firme s’élève à 400 personnes. La maison Schiaparelli, après l’exil de sa créatrice aux Etats-Unis durant la Seconde Guerre mondiale, ferme ses portes en 1954.

 

 

Auteur : Fatima S.

 

Source :

100 ans de mode

http://evene.lefigaro.fr/celebre/biographie/elsa-schiaparelli

Publicités

A propos Saikna creations

Créatrice de mode au style universel. Animatrice d'ateliers de couture, recyclage, DIY. Saikna s'engage à proposer des articles uniques ou de petites séries. En effet, il est possible aujourd'hui de détourner des matériaux et autres textiles de bonne qualité afin de leur donner une nouvelle vie, ou d'utiliser des tissus respectueux de l'environnement. Il est stimulant de transformer les matériaux, de faire fonctionner mon imagination pour proposer un nouveau style de mode, éthique, éco responsable. Je propose également des travaux de réparation textile.
Cet article a été publié dans Evénements, Histoire de la mode. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s